Avant de vous dévoiler, dans les prochaines semaines, le nouveau design de montreal.ca, on vous invite à remonter le temps. Un voyage auquel on a convié Bruno Guglielminetti. Le consultant en stratégie numérique se passionne pour Internet depuis 1994. Il est donc bien placé pour commenter les évolutions successives du site Web de votre ville.

 

Les balbutiements de « la toile »

Le contexte : Le tout premier site Web de la ville est lancé en 1996. Il était axé sur l’information et offrait beaucoup, beaucoup de contenus. Il hébergeait aussi des sites d’organismes communautaires.

Image Toile 1996.

Le regard de Bruno Guglielminetti : « Montréal a été la première ville au Québec a avoir un site Web et cette page d’accueil correspond aux codes de l’époque. Le design et l’ergonomie n’étaient pas un enjeu. Il fallait surtout que la page soit légère pour s’afficher rapidement, car la qualité de la bande passante était médiocre. Il n’y avait donc pas ou peu d’images. Les liens vers les contenus étaient nombreux, car les sites avaient pour vocation de partager un maximum de documents en ligne. »

 

Premier service en ligne

Le contexte : La première refonte du site intervient en 2000. Elle propose un premier service en ligne, Cité +, qui existe encore de nos jours. Destiné aux gens d’affaires et aux notaires, Cité + leur permet de récupérer directement des informations sur les évaluations foncières et les taxes municipales.

Image Toile 2000.

Bruno Guglielminetti : « Ces années-là, on ne parlait pas de sites Web, mais de portail. L’idée était de proposer une ouverture sur la ville avec une page d’accueil donnant accès à des contenus multiples. Le volume d’informations disponibles a augmenté comme en témoigne l’outil de recherche. Le design est encore basique et le format du site reste petit pour s’adapter aux écrans de 15 pouces. On voit aussi que la Ville commence à utiliser son site Web comme un outil de démocratie en proposant des sondages et en sollicitant les suggestions des citoyens. »

 

La période des fusions

Le contexte : En 2002, il a fallu concevoir puis intégrer au portail les sites des 27 arrondissements créés par les fusions, en récupérant les contenus des sites Web des anciennes villes. Toute une entreprise!

Image Toile 2002.

Bruno Guglielminetti : « Cette version est comme une photo de l’époque. Elle représente bien le contexte des fusions. C’était une étape certes nécessaire, mais la page d’accueil est un fourre-tout, sur laquelle on retrouve beaucoup trop d’infos, de la météo aux services aux citoyens, en passant par les offres d’emploi ou les horaires des collectes des déchets. Le graphisme est peu prononcé, et l’architecture de la page, avec ses quatre colonnes, correspond aux standards de l’époque. »

 

Le projet e-Cité

Le contexte : En 2004, Montréal investit massivement dans le développement numérique. De nouveaux services, toujours opérationnels aujourd’hui, sont offerts : Loisirs en ligne, les rapports d’accidents émis par le SPVM ou encore le paiement de constats d’infraction.

Image Toile 2004.

Bruno Guglielminetti : « On voit qu’en deux ans, le site Web de la ville a été capable de réconcilier les besoins de ses différents usagers. Il y a encore beaucoup d’infos accessibles, mais elles sont mieux ordonnancées. Le design est aussi plus affirmé, plus épuré. On constate qu’à partir de là, il y a une certaine maturité et que le Web fait partie d’une stratégie. »

 

Une nouvelle ère

Le contexte : La quatrième refonte du site Web de Montréal, en 2008, met l’accent sur une navigation plus fluide et plus intuitive pour permettre aux usagers de retrouver facilement les informations et services qu’ils désirent.

Image Toile 2008.

Bruno Guglielminetti : « Avec cette évolution, on sent que le site Web de la Ville devient une entité à part entière. La mise en page est plus actuelle, plus dynamique et favorise une gestion plus éditoriale des contenus. Contrairement à la précédente version, la page d’accueil tient sur un seul écran et donne accès à toutes les infos en deux clics. »

 

Un média en soi

Le contexte : Le visage actuel de ville.montreal.qc.ca date de 2012. Il fait la part belle aux événements qui se déroulent à Montréal et propose de très, très nombreux contenus, ce qui rend parfois l’expérience fastidieuse pour le citoyen en quête d’une information précise ou d’un service spécifique.

Image Toile 2012.

Bruno Guglielminetti : « Avec des photos, des articles, des vidéos, le site Web de Montréal est devenu un média à part entière, qui intègre également ses réseaux sociaux. La mise en page est vivante, moderne. Elle parle d’une ville où il y a des choses qui se passent. »

 

Cela étant dit, la Ville peut et doit faire mieux. Les audits et les groupes de discussion que nous avons organisés ces derniers mois ont montré que l'offre de services numériques de Montréal était pertinente mais désuète. C'est là l'enjeu de la transformation qui se concrétisera à l'automne prochain avec la volonté de vous simplifier la vi(ll)e.

 

« Au-delà de l’évolution graphique du portail de la Ville, ce qui est intéressant, conclut Bruno Guglielminetti, c’est qu’on constate aussi une amélioration en termes de services offerts aux citoyens. J’espère que l’évolution qui s’en vient sera dans cette logique là. Car aujourd’hui, Montréal est une ville moderne, numérique et intelligente, ses citoyens devraient ainsi avoir accès aux mêmes services en présentiel ou en ligne. »

 

Message reçu 5 sur 5!

 

Et vous, quels sont vos souvenirs des anciennes versions du site Web de Montréal? Avez-vous des souhaits pour montreal.ca? On a hâte de lire vos commentaires!

  

Commentaires (2)

jamal 07/14/2017 - 15:04

un jour j ai voulu partager le site Montréal sur linkedin ... est bien il m a fallait beaucoup de temps pour trouver la petite icône de partage il était si minuscule

Merci de nous laisser votre commentaire! Nous en avons pris bonne note. Continuez à nous suivre!